Ce n'était pas le programme de ce week-end, mais celui de la semaine dernière. Tout d'abord de la danse contemporaine à Brest, Kaash du chorégraphe anglo-bangladais Akram Kahn (avec une mise en lumière d'Anish Kapoor). C'était superbe, une danse énergique, sauvage et hypnotique inspirée de la danse indienne le kathak (danse que nous avions découvert au festival de Mamallapuram il y a quelques années).
Côté ciné, je me suis fait violence pour aller voir Le Fils de Saul de Lazlo Nemes
(grand prix au festival de Cannes). La gravité du sujet (qui m'intéresse pourtant) me rebutait. Mais le parti pris de la mise en scène m'a plu : pas de voyeurisme, ni d'effets, uniquement des gros plans sur l'acteur principal. On sait déjà beaucoup de choses sur le sujet, sur Auschwitz. Mais ici, le réalisateur se place à hauteur d'homme : Saul, membre des sonderkommandos devient fou… Pourtant sa folie prend du sens devant toute cette horreur, cette folie organisée qu'est la shoah. Cela reste un film dure, aride, sans compromis. Ce fut très éprouvant, car même si l'on aperçoit les massacres, les chambres à gaz, les corps qu'en arrière-plan, les sons sont effrayants…

 Mamzelle-agnes-blog-kaash

Mamzelle-agnes-blog-fils-de-saul